8 mars – Journée Internationale des Droits de la Femme

Le thème retenu pour ce 8 mars 2021, dédié aux Droits des Femmes, est ‘Leadership-féminin pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid 19’. Mais quel que soit le site que l’on aille visiter, ONU, LDH, Gouvernement, Territoire, Mouvements féministes, Syndicats (CGT, FSU, Solidaires…), tous sont unanimes sur le fait que l’égalité Homme/Femme est loin d’être respectée.

L’ONU souligne que le thème ci-dessus cité, célèbre les incroyables efforts déployés par les femmes et les filles du monde entier pour façonner un futur et une relance plus égalitaires suite à la pandémie de Covid 19. L’ONU s’aligne également sur le thème ‘prioritaire de la 65ème session de la Commission de la Condition de la Femme’, à savoir : La participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique, l’élimination de la violence, la réalisation de l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles. En amont de cette journée du 8 mars, le nouveau rapport de l’ONU avertit que les progrès accomplis pour l’égalité des sexes sont à la traîne et que les avancées durement obtenues sont menacées.

Alors que les associations se battent pour l’égalité des femmes et contre les violences faites aux femmes, sous quelle forme que ce soit, y compris verbales, il serait urgent que cette égalité tant revendiquée devienne concrète et que les femmes ne soient pas seulement tolérées dans certains milieux politiques, mais respectées en tant que telles avec leurs propres idées, et un droit réel à la parole. N’oublions pas que des milliers de femmes se sont, et se battent encore, à travers le monde pour être considérées autrement que comme une ‘chose’ à qui l’on coupe la parole lorsqu’elle la prend, que l’on insulte, etc. N’oublions que dans notre Pays la loi autorise la libre expression, le droit à une information libre, et non pas à une information guidée, voire surveillée.

Christiane Thiriat.