Epinal – Les décrocheurs remettent 50 drapeaux européens au commissariat de police

Depuis le 2 mai jusqu’à cette nuit, des drapeaux européens ont été décrochés dans les communes. Les décrocheurs marquent leur désaccord avec cette Europe-là. Certains décrocheurs prônent le Frexit, mais d’autres veulent juste retrouver une autonomie de décisions. Les drapeaux étaient rendus au Commissariat d’Épinal ce matin.

Le mouvement des décrocheurs existe depuis 2015, fondé par Sylvain Baron. La symbolique du décrochage porte sur l’envie de restaurer l’indépendance de la France et la place des citoyens dans l’édification des règles qui régissent la société française. Beaucoup de décrocheurs sont aussi des gilets jaunes, qui ressentent la rupture avec leurs représentants politiques. Cette forme de résistance veut replacer au centre la parole du peuple et lui rendre des outils décisionnels.

Contre la gestion européenne

« Tous ne veulent pas forcément la sortie de la France de l’Union européenne, mais ils sont opposés à la gestion européenne. Ils estiment par exemple que pour les vaccins, le Royaume Uni qui a géré sa commande de manière indépendante, s’en est mieux sortie. La gestion européenne ne leur semble pas la meilleure formule pour tout », explique Frédéric Mathieu, adjudant à la retraite qui avait signé la tribune des militaires du 14 avril.

Un drapeau qui n’est pas reconnu officiellement par la France

« La France n’a pas ratifié l’article 52 des déclarations annexées au traité sur le fonctionnement de l’Union européenne reconnaissant l’emblème européen » soulignent les décrocheurs. Autrement dit, elle n’a pas reconnu le symbole du drapeau européen. Les décrocheurs marquent leur résistance et leur refus de cette Europe-là en décrochant ce drapeau européen non reconnu par la France.

50 communes délestées

50 communes ont ainsi été délestées de leur drapeau. Certaines ne s’en sont d’ailleurs pas aperçues tout de suite. 22 plaintes étaient déposées vendredi soir. 47 drapeaux étaient restitués ce matin au Commissariat, puisque la préfecture était fermée. Les 3 drapeaux des communes de Gironcourt-sur-Vraine, de Rebeuville et de Gugney-aux-Aulx ayant été renvoyés à l’Élysée directement sous plis.

Brigitte Boulay.