Remiremont – La Sainte-Cécile célébrée avec faste et entrain

Vidéo : Jean-Claude Olczyk.

La patronne des musiciens, mais encore des luthiers et fabricants d’instruments de musique, demeurait fêtée comme il se doit dans la cité des chanoinesses. Le choeur de l’abbatiale accueillait en la circonstance l’Orchestre d’Harmonie de Remiremont placé sous la direction de Sébastien Nicolle, ainsi que la formation du club des mandolines et guitares dirigé par Pascal Zaug. De remarquables sonorités ont résonné sous les voûtes de l’abbatiale en ce dimanche pas comme les autres où l’on célébrait aussi la fête du Christ-Roi et la journée du Secours Catholique, ainsi que le rappelait l’abbé Paul Thomas.

Une belle manière d’associer musiciennes et musiciens à celles et ceux qui se dévouent au service des pauvres. L’occasion d’une grande communion pour toute une foule de fidèles venus assister à l’office dominical et parmi laquelle figuraient au premier rang des membres de l’équipe municipale. Une messe particulièrement solennelle suivie avec beaucoup d’implication et rehaussée de morceaux musicaux de haute volée.

C’est ainsi que les deux formations musicales ainsi réunies, ont tour à tour joué de remarquables interprétations . Des mélodies parfois douces, puis allant crescendo pour atteindre des sonorités plus percutantes. Magie des sons, magie des instruments, les musiciennes et musiciens de l’Orchestre d’Harmonie et du club des mandolines et guitares ont démontré, au-delà de leurs talents, qu’ils étaient de véritables passionnés. Une fois n’est pas coutume, la messe de ce dimanche s’est terminée sous les double applaudissements des fidèles. Et comme les grandes orgues de l’abbatiale demeuraient associées à la fête, elles résonnèrent de somptueux accords juste avant la sortie des fidèles.

La musique tient un rôle évident à Remiremont

Alors que les cloches de l’abbatiale résonnaient elles aussi à l’heure de midi, une petite réception attendait les deux formations musicales, alors invitées à se retrouver au Grand Salon de l’Hôtel de Ville. En l’absence du maire Jean-Benoît Tisserand, retenu par des obligations familiales, il appartenait à Annie Dulucq, adjointe à la Culture, de féliciter musiciennes et musiciens, ainsi que leur chef de partition respectif. « C’est un véritable plaisir d’écouter à chaque fois des interprétations de grand talent » a t-elle traduit, tout en ayant une pensée pour Gilbert Zaug à qui l’on doit la notoriété du club des mandolines. L’élue évoqua à la suite le martyr de Sainte-Cécile, de même que les relations privilégiées qu’elle aurait eu à l’époque avec le Pape.

 

Puis, ce fut au tour de Jean Hingray, à la fois au titre de sénateur et de conseiller municipal, de s’adresser aux musiciennes et musiciens des deux formations romarimontaines. L’occasion de cibler les jeunes qui ont intégré leurs rangs et « prennent ainsi plaisir à s’épanouir grâce à la musique ». Il saluait le dynamisme du club des mandolines dont la réputation s’étend bien au-delà des frontières de l’hexagone et rendait honneur à la grande forme de l’Orchestre d’Harmonie, qui de surcroît arbore de belles tenues. Et de conclure : « la musique tient une place particulière à Remiremont, sachez que nous continuerons à vous accompagner ».

Pour clore cet article sur la Sainte-Cécile (176-223), nous évoquerons deux légendes souvent citées : l’une évoque qu’en allant au martyr, elle aurait entendu une musique céleste. Une autre évoque que durant son mariage (mariée de force), elle chanta une hymne à la gloire de Dieu.

Denis Philippe.

Photographies : Christian Schirm.

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s