Vagney – Tapis rouge aux musiques de films avec le Quatuor Yako

Retour sur le concert du 10 août 2022, un Soir d’été en la chapelle, avec le Quatuor Yako : tapis rouge aux musiques de films.

S’il est vrai que la valeur n’attend pas le nombre des années, le Quatuor Yako en est la preuve formelle. Pétillant, innovant, talentueux, spirituel, bouillonnant, imprévu, flamboyant, espiègle : arrêtons là cet inventaire à la Prévert qui pourrait se poursuivre indéfiniment. Le Quatuor Yako a fait en ce 10 août 2022 l’effet d’une petite bombe musicale en l’église saint Lambert de Vagney.

Ces quatre jeunes gens, rieurs, proches du public ont démontré puissamment que, comme l’a dit Vladimir Cosma La bonne musique de film, c’est la bonne musique tout court, celle qui doit pouvoir s’écouter sans images. Pari gagné : les quelque trois cents personnes présentes virent, au cours du concert, défiler en leurs esprits, les souvenirs des films aimés, de West Side story à Amélie Poulain en passant par Oblivion…

Tour à tour fougueux, langoureux mais toujours passionnés, les violonistes Ludovic Thilly et Pierre Maestra, l’altiste Sarah Teboul et le violoncelliste Alban Lebrun firent vibrer un public conquis par leur grâce et leur propension à entrer dans les films qu’ils évoquaient en musique.

Formé autour du répertoire classique, d’une insatiable curiosité, d’une ouverture d’esprit illimitée, le Quatuor Yako tourne le dos aux conventions, dépasse les frontières en ne s’imposant qu’une seule règle : faire de la bonne Musique, celle qui exalte et qui rassemble. Sans la moindre hésitation, la petite ville de Vagney s’est intercalée entre Paris, Lyon, Marseille, Genève et Bruxelles au cours de leur longue tournée estivale.

Le public lui en a su gré, faisant à Yako la démonstration de ce que l’on appelle des applaudissements nourris, mains et pieds sollicités. Souriants malgré la fatigue, ils offrirent généreusement deux bis appréciés pour répondre aux acclamations qui n’en finissaient pas.

Danièle Perrin.