Thiéfosse – Débat « Produire à tout prix ? Manger à quel prix ? » vendredi 25 janvier

L’AMAP Les Choucas Gourmands ouvre le débat : « Produire à tout prix ? Manger à quel prix ? » vendredi 25 janvier à 20 heures 30 à la salle polyvalente.

Thierry Jacquot : vous êtes  éleveur de bisons à Bleurville et par ailleurs, secrétaire national de la Confédération Paysanne. Pourquoi avoir répondu à l’invitation de  l’AMAP les Choucas Gourmands ?

En 2015/2016 la confédération paysanne a organisé les assises de l’alimentation avec de nombreux partenaires dont le mouvement  des AMAP. Ces associations en contractualisant de manière solidaire entre  les consommateurs et les paysans  permettent à ces derniers  d’avoir un revenu décent, en échange ceux-ci  leur fournissent  des produits de saison de qualité issu de l’agriculture biologique. De plus les AMAP réhabilitent le lien aux territoires et contribuent au développement du lien social

Sur quoi ont débouché ces assises de l’alimentation ?

Le président Macron  et plus particulièrement son ministre Nicolas Hulot, se sont appuyés sur nos conclusions pour lancer les Etats Généraux de l’Alimentations (EGA) en juille t2017. Ces EGA comportent deux volets- la rémunération paysanne et l’aspect environnemental. Malheureusement les résultats ne furent pas à la hauteur de nos espérances ;Sur la rémunération l’Etat a refusé de jouer son rôle de régulateur, sur l’environnement le Conseil Constitutionnel sous la pression de  lobbys a annulé  une bonne partie des préconisations

N’a-y –t-il rien de positif ? on avance en matière de restauration collective il me semble ?

En effet, l’objectif est d’obtenir 50 % de produit de qualité dont 20 % de produits bio. Mais le mot local  en matière d’approvisionnement est n’a pas été retenu.

Produire à tout prix ? Manger à quel prix ? Reste donc deux questions primordiales

Tout à fait, à l’heure ou beaucoup de nos concitoyens mettent en avant les fins de mois douloureuses parce que le frigo est vide, et à l’heure où la question climatique devient alarmante , il importe que les citoyens consom’acteurs comme dit le mouvement des Amap s’approprient complètement ces questions.

AFFICHE AMAP _debat_01.jpg