Politique – La Région Grand Est attribue 193,4 millions d’euros d’aides

La Commission permanente du Conseil régional s’est réunie ce vendredi 8 février 2019.

L’ordre du jour de cette Commission comprenait 162 rapports et un montant global d’aides attribuées de près de 193,4 millions d’euros.

Parmi les décisions prises, on peut notamment citer les rapports suivants :

Formation professionnelle :

  • 1 293 demandeurs d’emploi formés « sur mesure » pour répondre aux besoins de compétences des entreprises,

Lycées et apprentissage :

  • Lycées et CFA : la Région modernise les établissements du Grand Est,

Développement Economique :

  • La Région accompagne le développement des grandes entreprises : 260 créations d’emploi à la clé. 

Parmi les décisions prises, on peut notamment citer les rapports suivants, qui font l’objet d’un focus particulier : 

Le Région Grand Est aménage les gares pour les rendre attractives

Les élus de la Commission permanente du Conseil régional, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont accordé plus de 400 000  euros à l’aménagement de la gare de Rothau (67) et près de 20 000 euros supplémentaires à l’aménagement de la gare de Merxheim (68), portant l’aide régionale finale à 205 000 €. 

  • L’aménagement de la gare de Rothau, fréquentée par près de 280 voyageurs par jour, permettra d’accéder aux trains dans des conditions optimales de confort et de sécurité, avec notamment la mise en place d’un abri voyageur sur le quai central, d’un abri à vélo fermé, ainsi que la réalisation d’une zone de stationnement voiture longue durée pour 110 voitures et 3 stationnements pour les personnes à mobilité réduite (PMR). 
  • L’aménagement de la gare de Merxheim, fréquentée par plus d’une centaine de voyageurs par jour, permettra notamment le remplacement de l’abri voyageurs sur chaque quai, l’extension de l’abri à vélo existant, et la réalisation d’une zone de stationnement des voitures longues durées de 49 places, dont une pour une personne à mobilité réduite (PMR).

Ces aménagements s’inscrivent dans le cadre de DIRIGE (Dispositif d’Intervention Régional d’Intermodalité Grand Est), qui consiste notamment à favoriser la réalisation de projets d’aménagement des points d’arrêt ferroviaires et routiers relevant de la compétence de la Région en tant qu’Autorité Organisatrice des Transports régionaux de voyageurs.

En outre, le dispositif s’appuie sur 4 piliers, à savoir : le déploiement d’un niveau de service et de confort de qualité (amélioration de l’information voyageurs, de la signalétique, de l’accès aux quais), le développement de l’intermodalité, la modernisation des bâtiments en gare et la mise en qualité et en accessibilité des points d’arrêts routiers prioritaires.

En 2019, la Région consacre ainsi un budget de plus de 50 millions d’euros afin d’améliorer les infrastructures du réseau, y compris les aménagements dans les gares et les points d’arrêts.

La Région Grand Est partenaire de la création de l’Agence Meuse Attractivité

Chef de file du développement économique, la Région a défini ses orientations stratégiques en matière économique dans son Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII), entré en vigueur le 2 juin 2017, et ce, en vue de renforcer et de faciliter son travail au quotidien avec les territoires. Les agences de développement économique deviennent ainsi un outil majeur de la mise en œuvre des politiques économiques régionales en faveur des entreprises sur les territoires.

Les élus de la Commission permanente du Conseil régional, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont approuvé la création d’une nouvelle Agence de développement « Meuse Attractivité ».

Ainsi, les EPCI de la Meuse, le Conseil Départemental de la Meuse, la Région Grand Est et le GIP Objectif Meuse s’associent pour proposer sur le territoire de la Meuse, un outil permettant de renforcer l’efficacité, la responsabilité, la proximité de l’action publique et des partenariats au service de l’emploi, des compétences et des entreprises du territoire. Meuse Attractivité a pour objectif de contribuer au développement de l’attractivité de la Meuse, à son rayonnement touristique et à sa compétitivité économique.

Organisée en trois pôles : « Economie », « Tourisme » et « Marketing territorial et administration fonctionnelle », l’Agence travaillera sur le volet « Economie » en lien étroit et en complémentarité, dans une démarche partenariale et collaborative, avec les deux Maisons de la Région de Charleville-Mézières / Verdun et de Saint-Dizier / Bar-le-Duc.

Meuse Attractivité sera associée à l’animation du réseau de développeurs économiques portée par les Maisons de la Région Grand Est à l’échelle de leur périmètre et participera activement au réseau des développeurs économiques animé par la Région à l’échelle du Grand Est.

2,8 millions d’euros pour soutenir les projets numériques innovants

Les élus de la Commission permanente de ce jour, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont voté une deuxième vague de soutien de près de 2,8 millions d’euros pour soutenir 29 entreprises numériques du Grand Est dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « Economie Numérique ».

Lancé par la Région dès 2016, cet AMI est destiné à faire émerger des projets numériques innovants, créateurs de valeur ajoutée et générateurs d’emploi et de richesse sur le territoire, en mobilisant les entreprises numériques sur les marchés stratégiques. Au total, la Région mobilise près de 4 millions d’euros, complétés par des fonds européens FEDER, pour soutenir une quarantaine de projets permettant à des filières industrielles et de services de gagner en compétitivité ou plaçant l’usager au cœur d’une démarche de conception et de gestion de services ou d’usages innovants.

Les projets concernent par exemple la création d’un nouveau produit ou service, l’amélioration du process ou de la logistique, les économies d’énergies, la sécurité, l’ergonomie, l’accessibilité ou encore la mobilité. Ils sont également répartis dans les domaines de la e-santé, des nouvelles techniques de formation, des industries culturelles et créatives, de l’industrie du futur, du bâtiment, de la ville intelligente, etc.

Un ou plusieurs partenaires doivent obligatoirement y être associés. Il peut s’agir d’une entreprise régionale issue d’une filière industrielle ou de services, d’un fournisseur de solutions (laboratoire de recherche, start-up, entreprises du secteur numérique) ou d’un utilisateur (collectivité, association, etc.).

Plan sécheresse : La Région réaffirme son soutien aux éleveurs du Grand Est

Aider et accompagner le monde agricole face au changement climatique est une préoccupation majeure de la Région Grand Est. Dans le cadre du plan sécheresse de 6 millions d’euros voté en décembre 2018 par la Région, une série de mesures a été mise en œuvre afin d’accompagner et de répondre efficacement et le plus rapidement possible aux besoins des agriculteurs du Grand Est.

Les élus de la Commission permanente de ce jour, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont voté une aide de près de 800 000 euros pour soutenir 258 éleveurs du Grand Est, dans le cadre de la deuxième tranche d’aides du plan sécheresse.

Les agriculteurs concernés recevront la subvention de la Région pour soutenir les achats supplémentaires de fourrages et d’aliments qu’ils ont réalisés pour leurs élevages bovins, ovins, caprins ou équins.

Les huit premiers dossiers ont été approuvés en janvier dernier, pour une aide régionale de 26 510 euros. Au total, la Région a ainsi attribué plus de 820 000 euros à 266 dossiers.

La Région soutient les espaces urbains structurants du Grand Est

Les élus de la Commission permanente de ce jour, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont attribué près de 2,5 millions d’euros pour soutenir les espaces urbains structurants (EUS) afin de renforcer l’articulation et l’équilibre du territoire régional.

La Région a fait le choix de s’engager dans une politique active en faveur des espaces urbains structurants car ils sont des points d’appui essentiels au dynamisme régional. Elle souhaite ainsi contribuer à une urbanisation maîtrisée, à la qualité de l’espace urbain et des paysages, au maintien et à la diversité des services de proximité en accompagnant les communes et leurs Etablissements publics de Coopération Intercommunale (EPCI).

Ainsi, 49 espaces urbains structurants (EUS) du Grand Est sont concernés par ce soutien, soit 360 communes. Ces espaces se caractérisent notamment par la présence d’équipements supérieurs de centralité et une continuité urbaine (une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu et sans coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions, et qui compte à minima 8 000 habitants). Les EUS concernés peuvent ainsi bénéficier d’un financement pour la réalisation d’études stratégiques, la création, la réhabilitation et l’extension d’équipements sportifs, culturels, socio-culturels, dédiés à la petite enfance et à l’accueil périscolaire ou encore pour l’aménagement d’espaces publics structurants.

La commission permanente de ce jour a ainsi attribué près de 2,5 millions d’euros d’aides pour la réalisation de 6 projets situés sur les 5 espaces urbains structurants de Strasbourg (67), Cernay (68), Thionville (57), Pont-à-Mousson (54) et Reims (51).

La Région soutient la création des maisons de santé pluri-professionnelles 

Les élus de la Commission permanente du Conseil régional, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont accordé près de 795 000 euros à quatre projets de création de maisons de santé pluri-professionnelles ainsi qu’à un projet d’extension.

Les maisons de santé pluri-professionnelles constituent l’une des réponses au risque de désertification médicale, en favorisant l’installation ou le maintien de professionnels de santé libéraux. Elles offrent ainsi à la population un lieu de prise en charge de proximité et assurent des activités de soins sans hébergement, de santé publique et médico-sociale. En outre, soutenir la création de ces établissements est essentiel puisqu’ils permettent de créer de l’emploi local pour les professionnels de santé, accompagnés au quotidien par la Région, et facilitent le maintien à domicile des personnes âgées.

Ainsi, la Région a soutenu les quatre projets de création suivants :

  • à Vendeuvre-sur-Barse (10): porté par la Communauté de Communes de Vendeuvre-Soulaines, ce projet permettra d’accueillir d’ici 2019, sur différents sites, seize professionnels de santé : cinq infirmières, une kinésithérapeute, une sage-femme, un pédicure, une nutritionniste, une psychologue, une ostéopathe, une sophrologue, deux dentistes et deux médecins généralistes. Un espace dédié à la télémédecine sera également prévu afin de répondre à la pénurie de professionnels de santé sur le territoire,
  • à Auxon (10) : porté par la Communauté de Communes du Chaourçois et du Val d’Armance (CCCVA), le projet a été initié par deux jeunes médecins généralistes qui sont parvenus à créer une dynamique de pôle santé multi-sites : la maison de santé pluri-professionnelles d’Auxon et sa quinzaine de professionnels, les deux pharmaciens et un autre médecin sur Auxon, un cabinet d’infirmier et un futur cabinet dentaire sur Ervy le Châtel. Le projet immobilier est exemplaire à travers ces nombreux espaces partagés, l’intégration d’un studio internes/remplaçants et des possibilités d’évolution pour l’accueil de nouveaux professionnels,
  • à Saint-Germainmont (08) où le projet de santé réunit sept professionnels : deux médecins généralistes, deux infirmières, deux kinésithérapeutes, auquel s’ajoute le pharmacien de Saint-Germainmont. Le nouveau bâtiment permettra d’accueillir un 3ème médecin, une salle dédiée aux soins non programmés, une salle de réunion, un secrétariat commun et des actes de télémédecine,
  • à Domgermain (54) avec l’installation de sept nouveaux professionnels de santé : deux médecins généralistes, deux masseurs-kinésithérapeutes, un chirurgien-dentiste et deux infirmières constituent l’équipe soignante. Dans le projet est également prévu l’accueil d’intervenants ponctuels (un psychologue, un ergothérapeute, deux sages-femmes…). 

Enfin, la Région Grand Est accompagne le projet d’extension de la maison de santé de la commune de Montmirail (51), qui réunit aujourd’hui plus de vingt professionnels de santé.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s