Saint-Etienne-lès-Remiremont – ADEMAT : « Hôpital en Danger », un cri qui doit interpeller !

RENDEZ VOUS SAMEDI A 14 HEURES 30 DEVANT L’HOPITAL DE REMIREMONT POUR LA POSE DE BANDEROLE « Tous unis pour défendre le centre hospitalier de Remiremont ».

« Il est urgent de faire ‘Front Commun’ et de construire une autre alternative » précisait l’affiche indiquant la conférence débat citoyen qui s’est tenue mercredi soir dans la nouvelle salle multi activité de Saint Etienne, en partenariat avec la mairie de la cité. Entre 60 et 70 personnes, avaient pris place dans la salle pour écouter, et entendre, les docteurs Jean Tisserand, gynécologue obstétricien retraité et Didier Henry, gynécologue obstétricien retraité, ex chef de service de la maternité de Remiremont, venus présenter le « Contrat de Performance de l’ARS », sans oublier les autres membres de l’ADEMAT, qui ont pris la parole pour compléter les exposés présentés. « Nous allons vers une mort lente et programmée des petits hôpitaux » ont annoncé les médecins.

« Ce nouveau contrat de Performance de l’ARS est une nouvelle atteinte à la santé, et qui aggrave les inégalités de santé. L’ARS nie la géographie du territoire et parle sans cesse des Vosges centrales. Mais Remiremont est à la confluence de nombreuses vallées avec un habitat dispersé… » à souligné le docteur Henry donnant des exemples d’hospitalisations d’urgence qui risquent de devenir dramatiques si le patient doit attendre une demi heure, une heure, voir plus, avant d’être pris en charge par le personnel soignant. Il a fait un rappel sur le manque de médecins en France « Il manque 19 000 médecins dans les Hôpitaux Français, car pendant 10 ans le numerus clausus a diminué, passant de 8 500 à 3 500 étudiants retenus chaque année. Les instances ont compris trop tard ce qui se passait, on a donc remonté ce numerus clausus un peu tous les ans, pour arriver à 7 800 médecins aujourd’hui. » De plus depuis 96 on assiste à une baisse progressive des attributions aux hôpitaux. 82% des hôpitaux sont déficitaires. Le médecin a ensuite parlé des hôpitaux de Remiremont et Epinal avant de présenter le contrat de performance « Si l’ARS ne parle plus de suppression de lit elle mentionne ‘qu’une meilleure gestion des lits et des activités doit permettre de réduire les charges en diminuant le nombre de lits installés à isoactivité…. » « On nous demande aussi de rapprocher les services de pédiatrie et de néonatalogie…pour une mise en commun du personnel soignant des deux services, mais c’est une grave erreur car il y a risque de transmission de maladies nosocomiales…». « On nous parle également d’un hébergement temporaire : les femmes devant accoucher seraient hébergées dans un hôtel proche de l’hôpital où elles devront accoucher puisque les hôpitaux de proximité ne pourraient plus les recevoir. Après des opérations dites délicates les malades seraient hébergés en EHPAD, l’hôpital de Remiremont est appelé à disparaitre dans sa forme actuelle pour devenir un hôpital dit de ‘proximité’ » « Retenons que lors de la présentation de ce CP, 9 instances sur 10 ont été défavorables au projet proposé. »

«  A Remiremont un départ en retraite ne sera pas remplacé. Un CDD sur deux ne sera pas renouvelé en pédiatrie et en néo natalité. Soit une perte de 17 postes. La pharmacie va être délocalisée sur Epinal. La restauration va être supprimée avec fermeture des cuisines. Les chambres seront proposées selon 3 classes, 40€/55€/75€, le parking sera payant à raison d’1,50€ l’heure. » A précisé le docteur Tisserant avant de présenter toutes les actions mises en place par l’ADEMAT « Nous avons enregistré 15 naissances sur un mois à Remiremont, dont 6 de parant venant de Haute Saône. Si la chirurgie est supprimée à Remiremont, les patients n’iront pas à l’hôpital d’Epinal pour autant, mais se dirigeront vers la clinique. De plus dans les Vosges seul l’hôpital public de Remiremont à l’autorisation d’opérer le cancer du sein. Le plan Santé Départemental ne comprend pas l’hôpital pourtant si l’on veut faire venir des médecins sur le secteur il faut un système de soins cohérent. Seul le budget compte pour le Ministre, alors que nous nous sommes dans l’humain. Il faut remettre l’humain au centre de la problématique santé» a conclu le médecin avant d’inviter les jeunes à rejoindre l’ADEMAT « les jeunes parents représentent l’avenir, nous nous sommes bénévoles et nous travaillons pour eux et pour leurs enfants, ils faut qu’ils se mobilisent à nos côtés » ont précisé les médecins avant d’inviter le plus grand nombre à se mobiliser dès samedi 14h30 devant l’hôpital.