Remiremont et les vallées – Il y a 20 ans, sévissait la tempête du siècle…            

Elle avait engendré d’importants dégâts sur l’ensemble de l’hexagone. Les Vosges et le pays de Remiremont n’ont pas été épargnés par ce phénomène exceptionnel. Un événement imprévisible qui a surpris tout le monde, y compris les prévisionnistes météo en ce lendemain de Noël 1999. Des forêts saccagées, des toitures emportées, des voitures enchevêtrées, des lignes électriques à terre, les dégâts demeuraient impressionnants. Mais fort heureusement, pas de victimes à déplorer dans le secteur. Petit retour sur des faits qui ont marqué les esprits…

Ayant d’abord touché l’ouest de la France, la tempête s’était rapidement dirigée vers la région parisienne, puis l’Est de la France, balayant la Lorraine de ses vents violents. Aucune région n’avait été épargnée par celle qui fut bien vite baptisée « la tempête du siècle ». Elle a frappé le pays de Remiremont sur le coup des 8 h 30 ce 26 décembre 1999, y provoquant des dégâts considérables, notamment dans les forêts, sur les lignes électriques et de télécommunications, mais encore les toitures, enseignes et panneaux publicitaires.DSCF7938Ce jour-là, les sapeurs-pompiers du secteur romarimontain ont multiplié les interventions, soit 280 au total. D’innombrables appels et des interventions tous azimuts pour des commerces inondés, des vitrines cassées, des voitures endommagées, des toitures envolées, des enseignes malmenées et des arbres déracinés ou sectionnés.DSCF7939A Dommartin-lès-Remiremont, la tempête avait notamment eu raison d’une ligne à haute tension de 20.000 volts, où plusieurs pylônes en béton armé avaient cédé sous la violence des vents et consécutivement à la chute de résineux. Un peu partout, de nombreuses lignes électriques ont été endommagées. La ville de Remiremont et toute son agglomération ont passé une grande partie de la journée sans électricité.DSCF7941Des dommages spectaculaires dans les forêts.

Si de nombreuses toitures ont eu à souffrir de cette tempête, c’est surtout dans les forêts que les dégâts ont été les plus marqués. C’est par centaines que les arbres se sont couchés comme un château de cartes.  Leur nombre considérable à même posé problème à la suite pour leur commercialisation, les scieries étant submergées par un afflux de grumes. Car ce sont des secteurs entiers qui ont été sinistrés. Des dégâts spectaculaires ainsi constatés dans le massif du Fossard, au Val d’Ajol dans les secteurs de « l’Hôtel Enfoncé » et de la « Feuillée Dorothée », mais encore à Plombières-lès-Bains et à Saint-Nabord.DSCF7942A Saint-Etienne-lès-Remiremont, la route forestière menant au relais de télévision de « La Poêle Sauvage » était inaccessible. Durant deux jours, les agriculteurs stéphanois sont venus en appui des agents ONF et des bûcherons avec leurs gros tracteurs, afin de dégager au mieux la voie et permettre aux équipes techniques d’intervenir sur le relais. Une véritable course contre la montre pour rétablir une situation qui avait été fortement compromise par les éléments déchaînés. Ce n’est que le surlendemain de la tempête que le petit écran retrouvait ses couleurs dans les différents foyers.DSCF7947Dans les vallées de La Moselle et de la Moselotte, le phénomène exceptionnel a également  traduit d’impressionnantes trouées dans les forêts communales et domaniales. Plusieurs entreprises au Thillot et à Fresse-Sur-Moselle avaient vu leurs toitures emportées. De nombreux dégâts également sur les communes de Saulxures-Sur-Moselotte et Cornimont. Sur l’axe reliant ces deux localités, le vent avait même provoqué un enchevêtrement entre deux voitures, comme s’il s’agissait de modèles réduits (photo).DSCF7948Partout, la tempête a laissé derrière elle des situations inimaginables. Ce 26 décembre 1999, sur tous les visages, se lisaient une grande incrédulité, un profond découragement. Il y avait de quoi être abattu et les plaies matérielles allaient prendre du temps à se refermer, notamment au niveau des forêts, dont certaines portent encore aujourd’hui les stigmates de cette incroyable tempête du siècle.DSCF7950

Article de Denis Philippe.