Elections sénatoriales – Le collectif des Coquelicots des Hautes-Vosges interpelle les élus vosgiens

A l’occasion des prochaines élections sénatoriales, le collectif des Coquelicots des Hautes-Vosges a décidé d’interpeller publiquement les grands électeurs vosgiens. Au travers d’une lettre à lire ci-dessous, ils évoquent un ensemble de problèmes liés au projet gouvernemental de dérogation pour un retour des néonicotinoïdes mais aussi les SDHI et les métabolites. Puis d’autres propositions-réflexions pour le développement d’une production locale en agriculture et maraîchage bio.

Mesdames, Messieurs les Grands Électeurs,

 

Dans le cadre des prochaines élections sénatoriales, le collectif des Coquelicots des Hautes- Vosges considère qu’il est de sa responsabilité de vous interpeller sur l’usage des pesticides sur notre territoire et au-delà.

 

Notre mouvement a été créé en septembre 2018 pour faire interdire les pesticides de synthèse (voir lien N° 1 en fin de texte).

 

Aujourd’hui c’est à vous, Grands Électeurs Vosgiens, que nous nous adressons afin d’évoquer la situation de notre agriculture intensive et productiviste :

  • Une grande majorité des agriculteurs se trouvent dans des situations dramatiques, tant matérielles que sanitaires et sociales.
  • A cause de l’utilisation des pesticides les sols perdent vie et la biodiversité son précieux équilibre. Peut-être connaissez-vous les SDHI (Succinate Désydrogénase Inhibiteurs), puissants fongicides (voir lien n°2 en fin de texte). En septembre 2019, notre député Christophe Naegelen avait sur ce sujet interrogé le ministre de l’agriculture.
  • Quel sera l’avenir avec toutes ces molécules chimiques dispersées ? Chaque molécule se dégradant se retrouve dans l’eau, dans l’air, dans le sol sous forme de métabolites qui actuellement ne sont pas recherchés dans les analyses de l’eau (voir liens n° 3 et 4 en fin de texte).

 

A l’occasion de ces élections sénatoriales, il est urgent de déposer les bonnes orientations politiques et de voter en conscience. L’État, les autorités sanitaires sont avant tout au service de la santé de la population :

  • Nous attendons qu’ils expriment leur intérêt pour la sauvegarde de la biodiversité et s’opposent clairement à toute dérogation notamment pour les néonicotinoïdes sur les cultures de betteraves et tout autre pesticide.
  • Localement, des producteurs mettent leur honneur à travailler pourune production respectueuse de la santé et de l’environnement. Il est urgent que nos dirigeants donnent un cadre et dégagent les moyens conséquents nécessaires pour les aider et accélérer ces transitions.
  • Est-il acceptable qu’un producteur bio ait à s’acquitter d’une redevance pour obtenir sa certification ? Chacun sait que concernant ce modèle de production il n’y a aucun coût induit et indirect sur les traitements de l’eau, sur la santé des citoyens. C’est aussi une des pratiques capitales au service de la transition écologique.
  • Sachant aussi que ces producteurs ont les plus grandes difficultés à trouver un terrain pour leur installation, ne faut-il pas se poser la question de l’avenir et de la configuration de notre territoire ? A quels espaces peuvent-ils accéder et de quelle manière ?
  • Nous avons récemment interrogé tous les gérants de magasins bio du secteur de Remiremont et des environs. Ils sont unanimes pour dire que les approvisionnements en légumes bio locaux posent problème. Ils signalent également leur fort intérêt pour le développement de filières courtes valorisant l’économie locale.
  • Il faut aussi veiller à la non spéculation sur les produits de première nécessité et agir pour ne plus gaspiller jusqu’à 30% de la production !

Saurons-nous compter sur votre engagement pour renverser la table et prendre les décisions courageuses ?

 

A l’occasion de ce moment de choix politiques et de vos programmes électoraux, voilà la réflexion à laquelle nous vous invitons. Nous sommes ouverts pour engager le débat et discuter des problématiques. Nous avons conscience des difficultés, cependant nous osons avancer que nous n’avons plus d’autres choix et que des conversions s’imposent dans l’urgence. Nous voulons des paysans, nous voulons manger et vivre sainement, nous voulons produire localement.

Nous vous remercions pour votre lecture attentive et vous adressons nos plus respectueuses salutations.

 

Le collectif des Coquelicots des Hautes-Vosges

 

Contacts, envoi d’un mail à :

Michel Claudel mpedibus@wanadoo.fr

Étienne Géhin etienne.gehin@orange.fr

Line Perrin coquelicots-gerardmer@gmx.fr

 

Lien N°1    nousvoulonsdescoquelicots.org

 

Lien N° 2

https://alerteauxtoxiques.com/2017/09/27/yaris-nouvel-anti-oidium-classe-c2-malgre-la-disponibilite-a-la-vente-de-5-preparations-commerciales-non-cmr/

 

Lien N° 3 et 4

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/2020/07/05/metabolites-fabrice-nicolino-vous-explique-tout/

https://www.shnd.fr/2020/07/03/pesticides-residus-et-metabolites-lexemple-de-leau-du-doubs-a-mouthe-petit-sarrageois/

 

 

Copie à :
Messieurs les Sénateurs, Messieurs les Députés,

Mesdames, Messieurs les Conseillers Régionaux,

Monsieur le Président du Conseil Départemental, Mesdames, Messieurs les Conseillers Départementaux,

Mesdames, Messieurs les Délégués des Conseils Municipaux,