A 34 ans, Jean Hingray est le plus jeune Vosgien à entrer au Sénat

Longtemps fixé à 35 ans, l’âge minimal pour être élu sénateur a été abaissé à deux reprises sous la Ve République : il est passé à 30 ans en 2003, puis à 24 ans en 2011. Mais le Sénat reste la seule institution pour laquelle l’âge d’éligibilité est supérieur à l’âge de la majorité. On peut ainsi être candidat à la présidence de la République à 18 ans, mais pas candidat au Sénat.

Depuis ce dimanche 27 septembre 2020, Jean Hingray est le plus jeune Vosgien à entrer au Palais du Luxembourg. A 34 ans, le maire de Remiremont devance tous ses prédécesseurs qui avaient une dizaine voire une vingtaine et même une trentaine d’années de plus que lui lorsqu’ils ont été élus.

Depuis le début de la Ve République, Louis Courroy et Henri Parisot avaient respectivement 64 ans et 44 ans à leur entrée en 1959, Christian Poncelet 49 ans en 1977, Albert Voilquin 62 ans en 1977, Gérard Braun 58 ans en 1995, Jackie Pierre 58 ans en 2004 et Daniel Gremillet 61 ans en 2014.

Jean Hingray participe au léger rajeunissement du Sénat dont la moyenne d’âge s’élève désormais à 60 ans.

En effet, à l’issue des élections du dimanche 27 septembre 2020, c’est un Sénat renouvelé à 23%, féminisé et légèrement rajeuni qui se réunira, pour la première fois, le jeudi 1er octobre afin d’élire son président.

79 nouveaux sénateurs feront en effet leur entrée au Palais du Luxembourg, soit 46% des 172 sénateurs de la série 2 qui étaient concernés par le scrutin de dimanche dernier.

118 femmes, soit 34% des effectifs sénatoriaux, prendront place dans l’hémicycle, soit 16 de plus qu’en septembre 2017, date du précédent renouvellement sénatorial. La parité progresse ainsi de plus de 5 points en 3 ans (elles étaient 102 sénatrices en 2017, soit 29% du Sénat).

Enfin, 54 sénateurs de moins de 50 ans siégeront désormais au Sénat, contre 50 en 2017, le plus jeune ayant tout juste 26 ans(2). La moyenne d’âge diminue très légèrement, passant de 61 ans en 2017 à 60 ans en 2020.

Sur le plan sociologique, les salariés sont les mieux représentés (28% en 2020 vs 20% en 2017), suivis par les professions judiciaires et libérales (16% vs 13,2% en 2017). En revanche, la proportion d’enseignants diminue (13,2% vs 18,4%), ainsi que celle des professions médicales (4,3% vs 6,3%) et des représentants du commerce et de l’industrie (6,6% vs 8,6%).