Ski alpin – En 2005, Ventron venait au secours de… Courchevel

Nous sommes en janvier 2005. La neige manque terriblement à Courchevel où doivent se disputer deux slaloms féminins pour le compte du circuit FIS, le troisième niveau international après la coupe du Monde et la coupe d’Europe. La station de la Tarentaise n’est pas en mesure de les accueillir.

Mais ni un, ni deux, c’est l’US Ventron qui postule pour reprendre les deux courses dans la station de Frère-Joseph, qui croule cet hiver-là sous la neige. Autour de l’emblématique Robert Gégout, les bénévoles de l’USV ont la chance d’accueillir toute la relève française les 27 et 28 janvier 2015. Les plus jeunes ont 15 ans.

Le premier jour, c’est Vanessa Vidal en personne, 30 ans à l’époque, qui vient donner la leçon en s’imposant avec une avance de plus de 2 secondes (le classement ici). Une formalité pour la skieuse dde Saint-Jean-de-Maurienne. Elle peut se targuer de deux sélections aux Jeux olympiques de 2002 et de 2006 et de quatre sélections pour les championnats du Monde (1997, 2001, 2005 et 2007).

Thibaut Leduc avec Vanessa Vidal et Pierre Finance, le père de Lionel Finance. Photographie d’archives David Jeangeorges.

La deuxième jour, Vanessa Vidal rate sa deuxième manche (elle termine 4e) et c’est Tamara Vidoni, 18 ans et du club de Courchevel, qui enlève ce deuxième slalom (le classement ici).

Tout le monde est loin d’imaginer que c’est la dernière épreuve internationale disputée à Ventron. De plus en plus aléatoire, l’enneigement ne fournira plus jamais l’occasion d’organiser une compétition d’un tel niveau.

D.J.