La Région vote des mesures pour commerçants, entreprises, jeunesse, culture et personnel soignant

Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis ce jeudi 12 novembre 2020 en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, ont voté des mesures d’urgence face à la recrudescence rapide de l’épidémie de la Covid-19 et aux effets du reconfinement.

Comme elle l’a fait au printemps dernier, la Région propose des solutions concrètes aux habitants du Grand Est, mettant l’humain au coeur de ses dispositifs. Elle propose des actions ciblées pour l’ensemble des acteurs du territoire.

Avec ces mesures d’urgence, la collectivité répond à plusieurs grandes priorités :

 déployer de nouveaux dispositifs d’aide pour les secteurs qui, déjà en difficulté suite au premier confinement, sont aujourd’hui menacés : les petits commerçants, les acteurs de la culture et de la filière viticole,

 soutenir les jeunes les plus en difficulté et les accompagner dans leur orientation, leur formation et dans la construction de leur avenir,

 être solidaire aux côtés de ses concitoyens, en proposant notamment la gratuité des déplacements pour les personnels sanitaires et les abonnés annuels,

 venir en appui aux professionnels de santé du Grand Est, en lien avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), ainsi qu’aux instituts de formation sanitaire et sociale.

Enfin, les élus du Conseil régional du Grand ont également approuvé :

 la programmation 2021-2027 de la politique de cohésion (FEDER et FSE+),

 le rapport sur la situation en matière de développement durable 2020,

 le plan stratégique de relance des vignobles du Grand Est,

 le rapport sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

LES MESURES D’URGENCE

COVID-19 : PROTEGER LA VIE, PRESERVER L’ECONOMIE

Avec la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 et les effets du reconfinement, l’ensemble de nos territoires subit comme partout ailleurs les conséquences de la crise sanitaire.

Pour répondre aux urgences sanitaires, économiques, sociales ou sociétales, la Région se mobilise en apportant des mesures ciblées pour répondre aux difficultés que rencontrent la plupart de ses concitoyens.

L’enjeu ? Tendre la main, mettre l’humain au coeur des dispositifs qu’elle engage pour les aider à surmonter cette période très difficile.

DES MESURES POUR L’ECONOMIE

 POUR LES PETITS COMMERCANTS

 La prise en charge des loyers des petits commerçants

Afin de répondre aux nouvelles difficultés rencontrées par les entreprises, la Région et les partenaires engagés (BDT, CD, EPCI) dans le déploiement du Fonds Résistance font évoluer cet outil de dernier recours, afin de proposer deux nouveautés :

  • la prise en charge des loyers des petits commerçants sur les périodes de fermeture administrative,

  • le relèvement des seuils à 30 000 euros pour les activités touristiques et culturelles.

Depuis son lancement en avril dernier par la collectivité, en partenariat avec la Banque des Territoires, les Départements et les EPCI du Grand Est, le fonds Résistance a été mobilisé au bénéfice de plus de 830 petites entreprises et associations, accordant pour plus de 10 millions d’euros d’avances de trésorerie avec un différé de remboursement de deux ans.

 Un grand plan de digitalisation des entreprises

Fortement fragilisés par la crise économique, les artisans et petits commerçants bénéficieront d’une accélération de leur digitalisation dans le cadre du dispositif « Grand Est transformation digitale ». Ce programme prévoit deux types de parcours (individuel et collectif).

La mobilisation de l’écosystème local sera accélérée grâce à l’aide et l’engagement de la CCI Grand Est et de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Grand Est. Elle labellisera des prestataires vers lesquels les entreprises se tourneront pour bénéficier de cet accompagnement.

Les entreprises peuvent également bénéficier d’un chèque allant de 1 000 à 6 000 € d’aide à la digitalisation (3 000 € au maximum en soutien à l’accompagnement à la digitalisation, et 3 000 € au maximum en soutien à l’investissement) via des prestataires labellisés par la Région. Ce chèque permettra aux entreprises d’optimiser leur organisation, d’adapter le design de l’offre, de déployer une stratégie de commercialisation et de communication.

Pour 2021, l’objectif est de permettre à 800 entreprises d’intégrer cette démarche de digitalisation.

Enfin, la Région Grand Est, en partenariat avec la CRCI et la CRMA, déploiera une solution régionale de prise de rendez-vous en ligne à disposition de tous les commerçants et les artisans du territoire, afin de faciliter leur transition vers le e-commerce.

 Des formations accessibles à distance

Dans ce contexte de crise, la Région va financer des formations à distance pour les commerçants et les indépendants via :

  • 2000 places de formations numériques gratuites dès la mi-novembre pour les commerçants.

  • 100 places de formations certifiantes immédiates en anglais ou en allemand pour encourager l’ouverture des commerces du Grand Est à de nouveaux futurs marchés et/ou auprès d’une clientèle étrangère.

  • 10 000 licences de e-learning en anglais, en allemand ou en espagnol, à compter de fin décembre pour accéder à une plateforme gratuite de pratique des langues étrangères accessible 24h/24.

 Un « Agrégateur » régional permettant d’accéder à l’ensemble des places de marchés

En complément, la Région initie la création et la mise en ligne, avant la fin du mois de novembre, d’une plateforme régionale référençant toutes les places de marchés et les plateformes d’achat local « du producteur au consommateur » sur le territoire du Grand Est. Objectif : trouver à partir d’un outil de géolocalisation, les offres des commerçants et des producteurs de proximité proposées sur une place de marchés ou une plateforme permettant de réaliser ou d’anticiper un achat.

 Un accompagnement des dirigeants de structures de conseil et d’audit (notamment dans les domaines de la culture et du commerce)

Un accompagnement des dirigeants de structures de conseil et d’audit pour une gestion adaptée de leur entreprise en période de crise. Cette action permettra une meilleure évaluation de leurs besoins financiers et / ou matière de ressources humaines préalables au déclenchement des bons dispositifs publics.

 10 000 « Packs Noël » pour stimuler le commerce, le tourisme et la culture, et promouvoir des produits et services régionaux

Le principe de cette action consiste à promouvoir une plateforme de réservation en ligne sur laquelle particuliers et comités d’entreprises pourront réserver des repas, nuitées, produits, services ou expériences, avec un « petit plus » concédé par les vendeurs. Cet achat prendra la forme de bons utilisables dès la réouverture des établissements à utiliser tout au long de 2021. La promotion de la plateforme sera assurée par l’Agence Régionale du Tourisme Grand Est, avec une mise en ligne le 16 novembre et une montée en puissance jusqu’aux fêtes de Noël.

 POUR LES ACTEURS CULTURELS

 La captation de spectacles vivants (concerts, opéras, pièces de théâtre, etc.) déprogrammés du fait de la crise sanitaire

La Région consacrera une enveloppe de 600 000 euros à une dizaine de captations, réalisées par des sociétés de production locales, qui seront diffusées via des TV locales, festivals numériques, et une plateforme de vidéos à la demande (VOD), Smart Video Grand Est, en cours de constitution pour 2021.

 LEASE BACK CINEMA : créer une société foncière pour soutenir les cinémas indépendants du Grand Est

Face à une situation inédite, mettant en péril les cinémas indépendants, la Région et la Banque des Territoires travaillent à la création d’un outil de financement à long terme, inédit en France : une foncière des cinémas indépendants. Elle propose aux propriétaires d’établissements de cinémas en difficulté d’acheter leurs murs tout en leur permettant de continuer à les exploiter en bénéficiant d’un allégement de charges, avec une option d’achat au bout de 5 à 10 ans (principe du lease-back). Grâce à cette solution, la Région et la Banque des Territoires ont l’ambition de venir en soutien à une dizaine de cinémas indépendants, pour un investissement de 1,5 million d’euros de la part de la collectivité.

 POUR LA FILIERE VITICOLE

La fermeture des cafés-hôtels-restaurants, l’annulation des salons professionnels, les difficultés rencontrées sur les marchés à export ont fortement fragilisé la filière viticole. Pour l’aider à affronter les répercussions économiques et sociales de cette crise sanitaire, la Région propose un Plan stratégique de relance des vignobles du Grand Est.

Articulé autour de 5 priorités (rebond économique et commercial, reconquête des marchés export, accélération de la transition environnementale des vignobles, relance de l’oenotourisme et transformation digitale), ce plan renforce les enjeux du contrat de filière viticulture adopté en mars 2019 : compétitivité et durabilité des exploitations viticoles, promotion des vins du Grand Est notamment à l’export et oenotourisme.

Le Plan de relance des vignobles prévoit notamment :

 une aide exceptionnelle de 800 000 euros au plan Rebond du vignoble alsacien pour relancer les ventes et soutenir les efforts financiers consentis pour s’adapter aux conséquences graves de la crise sanitaire,

 450 000 euros à 300 entreprises viticoles pour améliorer leur gestion comptable et avoir une meilleure maîtrise de leurs coûts, par le biais de chèques conseils d’une valeur maximale de 1 500 euros par exploitation,

 100 000 euros par an pendant 3 ans pour le salon « Wine Paris & Vinexpo Paris », soit 1 000 € dédiés chaque année à 100 entreprises en lien avec les interprofessions,

 un renforcement du dispositif « Salons et prospection internationale » grâce à un financement à hauteur de 80 % pour le secteur viticole jusqu’à fin 2022. Il permettra de repositionner les entreprises sur des grands salons professionnels ou des missions de prospection/rencontres d’affaires à l’étranger.

DES MESURES POUR LA JEUNESSE

 La mise à disposition de 2 000 ordinateurs aux étudiants en situation de grande précarité numérique

La mise à disposition de 2 000 ordinateurs aux étudiants en situation de grande précarité numérique afin qu’ils puissent poursuivre leur enseignement à distance imposé, dans le cadre d’un partenariat inédit avec les cinq universités du Grand Est (URCA, UTT, Université de Lorraine, Unistra, UHA).

 La création d’un nouvel avantage « livre loisirs » de 50 euros

Valable et accessible du 1er au 31 décembre 2020 sur l’application Jeun’Est, chaque jeune pourra disposer de cette somme chez les 80 libraires indépendants du Grand Est, soit par achat via leur plateforme de vente en ligne https://www.librairesdelest.fr/, soit en librairie, lors de la réouverture de ces commerces.

 La mobilisation du Plan régional Jeunes (voté en juillet 2020)

 Le « Parcours d’acquisition des compétences en entreprise » pour permettre aux 18-29 ans d’effectuer une immersion de 6 mois en entreprise avec une indemnité de 500 euros pour chaque jeune. Objectif : aucun reste à charge pour l’entreprise accueillante ;

 L’évolution du dispositif « Capital stage » pour aider les TPE/PME des secteurs de l’industrie, du BTP, du tertiaire industriel, des services aux entreprises à accueillir un stagiaire dans le cadre de sa formation initiale (du BTS au master/diplôme d’ingénieur) entre juillet 2020 et juin 2021 : forfait de 500 euros/mois de stage sur une base de 35h par semaine, avec un maximum de 3 000 euros pour des stages de 2 à 6 mois ;

 La mise en place d’une plateforme gratuite d’e-learning pour l’apprentissage des langues (allemand, anglais, espagnol) ;

 La création d’une plateforme régionale de mise en relation pour les stages et contrats d’apprentissage à destination des jeunes en formation initiale ou continue. L’objectif : faire converger l’ensemble des offres émanant des entreprises avec l’ensemble des demandes émises par les jeunes en s’appuyant sur les plateformes existantes (collégiens, lycéens, apprentis, étudiants et stagiaires de la formation continue).

DES MESURES SOLIDAIRES

 La gratuité des déplacements pour les personnels sanitaires et les abonnés annuels

Alors que 75% de l’offre de service du réseau TER Grand Est est actuellement maintenue en semaine et 50% le week-end la Région propose deux mesures de solidarité :

 La gratuité du transport pour les personnels sanitaires pendant toute la durée du confinement. Cet engagement s’inscrit dans la continuité des mesures prises en mars afin de permettre aux hôpitaux de fonctionner dans les meilleures conditions possibles.

 La gratuité des déplacements pour les abonnés à l’année pour le mois de novembre ; mensualité qui ne leur sera pas prélevée en décembre.

 L’opération « Café solidaire »

Pour aider les cafetiers particulièrement touchés par cette crise avec la fermeture de leurs établissements (bars et cafés, hors restaurants), la Région propose l’opération « Café solidaire » à laquelle elle participera financièrement.

Le principe : encourager les habitants du Grand Est à faire un don, pouvant aller de 3 à 10 euros, au cafetier de leur choix, inscrit préalablement dans la démarche. Ce don sera doublé par la Région, jusqu’à 100 000 euros. Chaque don, abondé par la Région, sera reversé au professionnel choisi par le donateur. La contrepartie, en termes de consommation pour le contributeur, sera déterminée librement par chaque cafetier, au moment de son inscription dans la démarche et utilisable à l’ouverture des commerces, dans la limite de l’enveloppe impartie.

L’opération démarrera le 25 novembre et sera déployée, pendant toute la période de fermeture des établissements, via maregiondemain.fr, la plateforme de démocratie participative régionale numérique.

DES MESURES SANITAIRES

 L’acquisition d’un hôpital mobile

Face à l’urgence, la Région travaille étroitement avec l’Agence régionale de Santé (ARS) à l’acquisition d’un hôpital civil mobile, financé par les fonds européens. Il aura notamment vocation à renforcer les capacités de prise en charge dans le cadre de cette crise sanitaire. Cet investissement pour l’avenir permettra de répondre rapidement aux situations d’urgence qui viendraient à se présenter sur le territoire.

 Des formations courtes pour le secteur sanitaire et médico-social

La Région répond aux besoins immédiats du secteur sanitaire et médico-social. Elle s’engage à mettre rapidement en place des formations sur mesure, courtes, pour apporter des compétences adaptées à l’exercice de certaines professions dans le secteur sanitaire et médico-social : brancardier, manutentionnaire, agent d’entretien, etc. Ces formations seront proposées à l’échelle des territoires, en lien avec les acteurs et en fonction des besoins.

 Plus de 1 000 ordinateurs pour les instituts de formation sanitaire et sociale
La collectivité lutte contre la fracture numérique en dotant ses instituts de formation sanitaire et sociale de plus de 1 000 ordinateurs, destinés à chaque apprenant non équipé.

DES MESURES POUR LA LIBERTE ET LA SECURITE

Au-delà de la crise sanitaire, économique et sociale, c’est également une remise en cause des valeurs les plus profondes de la République que nous traversons. En témoignent les récents attentats qui ébranlent la laïcité et la sécurité au sein des lycées.

Aussi, pour ne pas remettre en cause des acquis qui sont le creuset de notre société, un groupe de réflexion autour de la laïcité verra bientôt le jour au sein de la collectivité.

En parallèle, afin de garantir la sécurité des élèves, l’ensemble des lycées publics du Grand Est sera progressivement équipé de caméras de vidéo-protection. Une équipe d’experts travaille dès à présent à la réalisation de ce projet d’envergure qui comporte plusieurs phasages. Les conclusions préalables au lancement des consultations publiques seront livrées en juin 2021 pour un déploiement en 2022.

Un commentaire

  1. Et encore rien pour les petites associations sportives qui sont en pleine souffrance. C’est autant d’associations pourtant actrices de la vie économique et porteuses de valeurs essentielles qui vont disparaître.

Les commentaires sont fermés.