Daniel Gremillet appelle le Gouvernement à prendre des mesures fortes pour prévenir tout risque de coupures d’électricité

Black-out énergétique : Daniel Gremillet appelle le Gouvernement à prendre des mesures fortes pour prévenir tout risque de coupures d’électricité cet hiver

Mardi 12 janvier 2021, à la demande du groupe Les Républicains, le Sénat a débattu sur le risque de black-out énergétique, c’est-à-dire d’une coupure de l’électricité au niveau national. Daniel Gremillet, Sénateur des Vosges, a été chargé d’introduire ce débat.

Cette discussion s’est tenue alors que le 8 janvier dernier, le gestionnaire du réseau public de transport d’électricité, RTE, dont l’une des missions est d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité, a activé « le signal rouge » au niveau national.

Pour Daniel Gremillet, « si l’approvisionnement en électricité a pu être assuré [en fin de semaine dernière], cet épisode témoigne de la situation d’extrême vulnérabilité dans laquelle nous sommes plongés cet hiver. »

Plus globalement, selon l’élu vosgien, depuis bientôt un an, le secteur de l’énergie, et singulièrement le marché de l’électricité, est entré dans une véritable « zone de turbulences », en particulier à cause de la crise sanitaire actuelle mais également des choix successifs en matière d’énergie opérés par le Gouvernement.

D’après Daniel Gremillet et ses collègues de la Commission des Affaires économiques du Sénat, cette situation perdura au moins jusqu’en 2023. « Notre parc de production d’électricité est désormais « sans aucune capacité supplémentaire » : avec les fermetures de centrales nucléaires et thermiques, nos moyens de production se sont réduits. Car si les énergies renouvelables doivent être promues – j’en suis le premier convaincu ! –, elles ne sont pas d’un grand secours pour faire face à la pointe de consommation hivernale, compte tenu de leur intermittence face aux aléas climatiques »

Et de poursuivre : « Faute d’un soutien suffisant à la filière nucléaire, ce sont aujourd’hui des centrales thermiques, de surcroît étrangères, qui tournent à plein régime. C’est regrettable pour notre indépendance énergétique mais également pour nos engagements climatiques ! »

« Ce même souci d’anticipation, pour lequel je plaide, devrait présider à l’ensemble des décisions prises en matière d’énergie. À cet égard, l’interdiction de facto des chaudières à gaz dans les logements neufs, à compter du 1er juillet prochain, issue de la règlementation environnementale 2020, me semble tout à fait prématurée car insuffisamment évaluée » a également estimé Daniel Gremillet.

Et de conclure : « à l’inverse, Les Français sont en droit d’attendre, de la part de leur Gouvernement, un diagnostic lucide, des objectifs réalistes et des mesures fortes : c’est la condition pour surmonter la pointe de consommation hivernale et plus généralement, pour répondre aux besoins en matière d’énergie du pays et de nos concitoyens ».

Pour accéder au replay de l’intervention de M. Daniel Gremillet sur le site du Sénat, c’est ici.

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s