Sos Massif des Vosges dit « Non à la transformation des sentiers pédestres en circuit de vitesse pour les VTT »

Dans un communiqué, Dominique Humbert et l’association SOS Massif des Vosges se demandent si « Les Vosges (seront) bientôt orphelines de la randonnée pédestre et de la quiétude de leur nature ? ».

« Circulez il n’y a rien à voir » pourrait être le slogan et la justification de l’annonce incroyable de l’ouverture à la circulation des VTT et autres enduro des sentiers pédestres par le Président du Club Vosgien du Haut-Rhin, soutenu par la Communauté de Communes de Saint-Amarin et le Parc des Ballons des Vosges. (Voir article DNA 03 juillet 2021).

Comment comprendre que la principale association de randonnée pédestre du massif, qui sait ce que randonner veut dire et ce que recherche le randonneur, qui promeut la beauté des Vosges, ouvre ses sentiers les plus précieux, là où ils existent encore, à la fréquentation des deux roues avides de vitesse et garants de dégradations et de pollutions multiples ?

Comment comprendre que soit méconnu le danger qui résulte de la cohabitation entre montagnards paisibles et descendeurs nécessitant un espace sécurisé plus large ?

Comment comprendre le soutien à ce laisser-aller, du Parc des Ballons des Vosges, qui se veut défenseur de la tranquillité en communiquant à grand frais sur la « quiétude attitude » ?

SOS Massif des Vosges est sidéré par une telle attitude et dénonce ce qui ressemble à une abdication générale face au phénomène commercial des activités ludiques. toujours plus dépendantes de la technique et de l’argent Le VTT enduro serait-il à même d’engranger plus de revenus que le brave randonneur ?

La quiétude n’est-elle qu’un souhait marginal ? Non, c’est l’aspiration de tous ceux qui ne pratiquent pas le « sauvagement irresponsable » et c’est la grande majorité.

Les randonneurs préfèrent-ils voir surgir des guidons et des casques au lieu de cornes d’animaux ? Non, c’est certain, mais ils n’ont pas été consultés, comme bon nombre de sections du club vosgien d’ailleurs,

La nature peut-elle s’adapter sans fin ? La réponse est bien connue, avec la triste chute de la biodiversité.

Le « partage » des sentiers pédestres est imposé de trois façons : soit sans aménagements, soit avec aménagements des virages, soit avec tronçons parallèles proches. Les sentiers prenant peu à peu la forme de sillons, les bénévoles du Club Vosgien, aidés des cyclistes ou des communes, oeuvreront annuellement pour réparer les dégradations et en permettre de nouvelles.

Les promoteurs de ce « partage » ont posé les bonnes questions au départ : faut-il « sacraliser la nature ? », Faut-il concentrer les pratiques qui fâchent dans les stations ou diffuser largement ?

Les réponses qu’ils apportent auront pour effet de banaliser le VTT dans tous les espaces montagnards et forestiers qu’il s’agisse comme c’est déjà le cas, des pistes dans les stations, dans les zones Natura 2000, l’homologation de descentes VTT clandestines en circuits légaux. Et maintenant avec les sentiers partagés, plus aucune limite ne sera opposée à l’envahissement des VTT enduro, électriques etc., hors des chemins forestiers carrossables où ils ne posent aucun
problème.

Il va sans dire que contrairement aux affirmations des promoteurs et ainsi que nous pouvons déjà le constater, cette banalisation ouvre un boulevard aux pratiques sauvages, bien plus excitantes. Le hors piste deviendra la norme et il sera trop tard pour réagir.

Ces pratiques vont à l’encontre d’un apprentissage et d’une perception responsable de la nature et de la forêt. Elle ne font que conforter une approche instrumentalisée au service du plaisir qui transforme la nature, les espaces sauvages et la montagne en particulier, en parc de loisirs soumis à la vitesse et au vacarme pour le bonheur de quelques marchand du temple. Déjà de nouvelles modes apparaissent, comme le « Trot », croisement improbable entre un VTT enduro et une trottinette électrique, et sans doute que Monsieur Le Président du club vosgien du Haut Rhin et la direction du
Parc s’enquièrent déjà de savoir quelles espaces ils pourraient réserver à ses pratiquants, avant l’apparition du prochain gadget de notre société malade et irresponsable.

SOS massif des Vosges lance une pétition et appelle tous les randonneurs et les amoureux de la nature et de la montagne à réagir massivement contre ces décisions irresponsables.

La pétition est à cette adresse : http://www.sos-massifdesvosges.fr/?p=1741

Le 31/08/2021

SOS Massif des Vosges.

7 commentaires

  1. La montagne, la nature et la beauté de notre région appartient à tout le monde. Je suis randonneurs et vététiste, l’important c’est que chacun ce respecte mutuellement. Personne n’a le droit de s’accaparer les sentiers, vous ne faîte qu’augmenter la haine entre randonneurs et vététiste.
    Vous parlez de pollution ou de dégradation mais elle sont inexistante. Posez vous plutôt la question de comment améliorer les abattages d’arbre, quand on voie les dégâts et la pollution que laisse les camions qui font le débardage, eux oui détruise notre beau paysage.

  2. Ah ces méchants VTTistes … Etre le gentil randonneur, défenseur de la nature et pourfendeur des méchants … Sauf que si jamais vous obtenez gain de cause vous deviendrez à votre tour l’ennemi à abattre. Car il y a toujours plus extrémiste que soi. Les chemins de randonnée ne sont pas naturels, la présence de pétions s’accompagne souvent de détritus car il n’y a pas que des randonneurs exemplaires non plus. Et donc combien de temps pour que des amoureux de la nature, encore un peu plus amoureux que vous décident que la présence même de sentiers et de randonneur est une offense de trop à bannir au plus vite ? On commence déjà à entendre ce type de discourt, il ne s’agit donc pas d’un fantasme hypothétique. Comme disait l’autre « on est tous le con de quelqu’un », faites attention à ne pas devenir le VTTiste de quelqu’un d’autre à qui vous aurez ouvert la voie avec votre militantisme anti-tout-sauf-moi.

  3. Un article qui montre une méconnaissance totale de la réalité de la pratique du VTT en montagne…pratique qui existe depuis de nombreuses années.
    Si les excès et comportements de certains pratiquants de l’enduro vtt doivent être dénoncé et combattuent, de nombreux pratiquants du vtt dans la montagne sont respectueux des sentiers et des autres utilisateurs.
    Les vttistes sont tous quasi systématiquement des randonneurs pédestres.

  4. Étant randonneur et vététiste, je trouve ce post et la position défendue affligeante.

    Visiblement vous n’êtes pas plus dans le dialogue que ceux que vous accusez car vous n’avez pas compris qu’il existe de multiples pratiques du VTT. Pour faire simple, mettre un amateur de cross country sur un circuit dédié ou dans un bike parc, ça revient à faire courir un coureur de trail sur une piste, ça n’a juste aucun sens.
    Et puis allons au bout de la logique dans ce cas! on ne devrait pas laisser les randonneurs utiliser tant de sentiers. Par définition, un sentier perturbe l’écosystème. Il faut donc l s réduire au minimum! Du coup on en fait un seul et tous les randonneurs marchent sur le même tous les weekends. Vous voyez à quel point vouloir cantonner les VTT sur qq circuits dédiés n’a pas de sens ?

    Par ailleurs, le club vosgien n’a aucune autorité pour autoriser ou interdire l’accès aux sentiers aux VTT. Les sentiers ne lui appartiennent pas, il les balise et les entretien certes (parfois en collaboration avec des associations de vététistes pour les sections ouvertes au dialogue) mais ca n’en fait pas leur propriété…

    Enfin, vous mélangez deux sujets: celui des vététistes de passage qui vont louer les derniers trucs à la mode et qui vont consommer la nature et les locaux qui aiment le massif, le respect, s’interdisent de déraper, de couper les épingles, de créer/emprunter des traces sauvages.

    Ces initiatives contre les sentiers partagés ne font que saboter le travail d’associations et de clubs qui sensibilisent aux bons comportements en forêt. Ça ne fait que radicaliser certains et est donc totalement contre productif !

  5. Encore une fois certaines personnes veules garder tout pour eux tout d’abord les motards dérangés et maintenant les vtt alors dans ce cas fermer les Vosges a tous le monde mais aussi au marcheurs et apres fermer aussi toutes les auberges et tous les animaux seront contents

  6. Les vetetistes sont pour la grande majorité des randonneurs et des gens qui respectent les autres en réduisant leur vitesse et qui saluent tous les pratiquants rencontrés lors de leur balade. Donc respect mutuel pour le bien de tous et arrêtons les extrêmes😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀

  7. Votre action de sensibilisation est louable et je la respecte car je partage avec vous certains points de vue. Je suis un vttiste assidu et je suis comme vous : je constate une fréquentation en hausse des massifs de L’ENSEMBLE DES USAGERS. Marcheurs, clients des fermes auberges, moto. Plusieurs sujets me posent question. Pourquoi permettre l’accès sans restriction auto jusqu’au seuil de porte des fermes auberges? L’accès auto ne devrait il pas être possible uniquement pour les personnes à mobilité réduite? La conséquence de ce libre accès et très aisé ne fait qu’accroître la fréquentation auto des routes pour accéder au graal, la tourte crudités du dimanche. Pourquoi permettre la circulation de la route des crêtes le WE? La encore la circulation y est dense, et perturbe la quiétude des lieux, surtout lorsque des groupes de motards s’amusent à mettre les gaz sur leurs sportives. Il y a des circuits pour ça. Pourquoi les engins forestiers saccagent parfois les GR? Je le constate, les VTT sont plutôt des amoureux de la nature. Nos vélos ne font pas de dégâts d’un point de vue érosion. Cela a été prouvé scientifiquement. Nous avançons avec nos muscles, nous accédons aux sommets avec efforts physiques. Nous communions avec la nature. Il y aurait la problématique de traces sauvages? Elles ne le sont pas en réalité. La plupart d’entre elles reprennent d’ancien chemins d’exploitation abandonnés, ne font que les recouper. Elles naissent de jeunes passionnés, puis disparaissent une fois avoir été roulées une saison. La nature reprend ses droits tout comme elle panse ses plaies lors de coupes massives de la canopée vosgienne. Ou comme l’abattage d’animaux qui vivent naturellement et difficilement dans le massif. Imaginons que l’on nous mette nu dans la forêt sans à manger ni à boire. Avec des chausseurs à nos trousses chaque année. Nos chances de survie seraient minces. Les Vosges est un mini massif, entourés de métropoles. Évidemment il y aura de plus en plus de monde. Les Vosges deviennent un petit parc boisé. Je le regrette. Mais ne vous trompez pas de cible. Le vttiste est un allié, pas un ennemi. La cible : l’argent, le pouvoir. A nos élus d’agir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s