Remiremont – 200 nouveaux Romarimontains recensés ces deux dernières années

Même s’il est vrai que la cité des chanoinesses a vu le nombre de ses habitants diminuer au cours des dernières décennies, c’est une situation de stabilité qui est en marche. La ville possède de véritables atouts afin de séduire de nouvelles familles, mais aussi voir revenir des personnes attachées à leur cité d’origine après un parcours professionnel bien rempli au-delà du territoire vosgien. La Coquette et plus précisément celle que l’on nomme désormais la Belle des Vosges redevient une terre d’accueil.

En raison de la crise sanitaire, il n’y avait pas eu l’an passé de cérémonie d’accueil des nouveaux habitants à l’Hôtel de Ville. C’est donc avec un honneur particulier que Jean-Benoît Tisserand, maire de la cité, a pris plaisir d’accueillir ce samedi, les nouveaux arrivants au titre des années 2020 et 2021. Ils sont au nombre de 200 à avoir été recensés. Si tous n’ont pu répondre à l’invitation du jour, leur représentativité demeurait généreuse lors d’un accueil chaleureux qui avait pour cadre le salon des mariages. « Un lieu qui exprime la joie, la fraternité » a traduit le premier magistrat de la ville, fier d’évoquer au passage l’histoire des dames abbesses, du Palais Abbatial, de la richesse architecturale et patrimoniale de la ville.

Une cité que le maire a décortiqué, la présentant ainsi sous tous les angles avec son dynamisme commercial, ses nombreuses animations, son environnement, mais encore la richesse de ses associations tant culturelles que sportives, le fleurissement, les illuminations de fin d’année s’inscrivant comme les plus belles des Vosges… Le premier édile n’ a eu de cesse de vanter sa ville natale, celle qui compte le plus à ses yeux. Remiremont, un bassin de vie communiquant avec les vallées, ville ouvrant la porte des Hautes-Vosges et celle du Parc Naturel des Ballons, « une situation privilégiée » soulignait encore le maire, notant aussi au passage les collaborations avec des investisseurs privés (complexe cinématographique, appartements et hôtel de standing, bowling).

Honorant de sa présence cet accueil aux nouveaux habitants, le député Christophe Naegelen mentionnait pour sa part le travail d’équipe réalisé afin de préserver les valeurs de toute une cité et de ses 7.800 habitants. Il citait notamment le commissariat qu’elle a su préserver tout comme son hôpital, ou encore sa petite gare TGV. « Tout cela existe et nous avons le devoir de le défendre » a t-il martelé, n’hésitant pas d’évoquer « l’attrait, la volupté de Remiremont ».

Puis les adjoints et élus du conseil municipal se sont présentés tour à tour, évoquant leur mission et rôle respectifs aux nouveaux habitants. Ces derniers furent ensuite appelés soit individuellement ou par couple afin de recevoir un petit présent et dire quelques mots sur leur nouveau quartier de résidence. La cérémonie d’accueil s’achevait par le verre de bienvenue et ses accompagnements. Une dose d’amitié agréablement partagée !

Portraits de nouveaux Romarimontains

Monique et Dominique Sibille sont arrivés début 2020 à Remiremont après avoir résidé durant plusieurs décennies à Passavant-La-Rochère (Haute-Saône). Originaire de Hadol, Dominique a longtemps travaillé à la filature de Demangevelle (70) et lorsque celle-ci a fermé, il a poursuivi sa carrière professionnelle en tant que chauffeur de taxi. Il s’est également investi durant 30 années au sein du corps de sapeurs-pompiers de Passavant-La-Rochère où il a terminé au grade de Capitaine. Monique, quant à elle, s’est énormément impliquée dans le domaine des services à la personne (ADMR) y effectuant toute sa carrière. Ils ont souhaité se rapprocher de leur fille habitant les Hauts de Fallières à Saint-Nabord et pour ce faire ont trouvé à Remiremont une maison en location.

Brigitte et Gérald Tanneur sont arrivés en juillet 2021 à Remiremont après avoir vécu en région parisienne. Née à Remiremont, il s’agit d’un véritable retour aux sources pour Brigitte, d’autant que sa maman vit dans la cité des chanoinesses. C’est aussi un vrai rappel des vacances passées ici. « Remiremont m’a toujours plu » insiste t-elle. Son mari Gérald est un retraité militaire où il a clôturé sa carrière au grade d’adjudant après 25 années de service. Puis il a exercé dans la Capitale en tant que transporteur de fonds. Egalement moniteur de tir, il souhaite aujourd’hui retrouver un emploi. Le couple s’est installé à l’Eco Quartier (zone de La Filature) après y avoir effectué une acquisition immobilière.

Denis Philippe.

Photographies : Christian Schirm.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s