33e Montée impossible : Vincent Mougenot et les Vosgiens donnent la leçon aux Américains

Vincent Mougenot (RN 66) s’impose pour la cinquième fois lors de la 33e montée impossible de La Bresse devant deux pilotes de la Bressaude : Yohan Peltier et Thomas Jolly. Vincent Mougenot avait déjà régné sur l’épreuve en 2018, 2019, 2020 et 2021. Premier Américain, Harold Wadell se classe 4e suivi de son compatriote Joe Shipman, vainqueur en 2022, 6e. Au total, neuf concurrents sont allés au sommet sur une pente de plus en plus compliquée à maîtriser.

Avec trois leaders différents au fil des quatre montées, la 33e édition a offert un spectacle riche en rebondissements au Grosse-Pierre, noir de monde pour la seconde journée d’affilée, après le passage du Tour de France la veille. Au total, le sommet a été vaincu dix fois, 4 fois en première et deuxième manche, 3 fois en troisième manche et 1 fois en quatrième manche.

A l’issue de la première des quatre montées, un Américain virait bel et bien en tête. Harold Wadell domptait la pente de 211,34 mètres en 20 secondes 91. On ne le savait pas encore mais ce sera sa seule tentative réussie de la journée. Il devançait Julien Perrin (La Bressaude), 2e en 21 secondes 20, l’Américain Joe Shipman, 3e en 21 secondes 56, et Fabien Parmentier (MC RN 66), 4e en 22 secondes 16.

Dans la deuxième manche, Yohan Peltier (La Bressaude), le champion de France en titre, mettait la pression à tout le monde. Il se hissait au sommet en 19 secondes 93. Le pilote du Ménil-Thillot prenait donc la tête avant la pause méridienne devant Harold Wadell et Quentin Auer (La Bressaude) qui s’offrait le sommet en 20 secondes 95.

Yohan Peltier redoutait toutefois le potentiel de Vincent Mougenot (RN 66) qui est également son concurrent dans la vie quotidienne, tous deux étant des professionnels du terrassement. Effectivement, Vincent Mougenot se rappelait au bon souvenir de tous dans la troisième manche. En 19 secondes 70, le trentenaire de Saint-Maurice-sur-Moselle atteignait le Graal, pour 23 centièmes de mieux que Yohan Peltier.

Harold Wadell chutait sur la troisième marche du podium mais il en était ensuite délogé par Thomas Jolly (La Bressaude) au terme de la quatrième et dernière manche. En 20 secondes 71, Thomas Jolly arrachait la troisième place devant Harold Wadell qui échouait donc au pied du podium final devant Quentin Auer et Julien Perrin.

Avec Peltier 2e, Jolly 3e, Auer 5e et Perrin 6e, le club organisateur de la Bressaude-moto plaçait quatre de ses spécialistes dans les six premiers. Joe Shipman, tenant du titre, doit se satisfaire de la 7e place.

Sur leurs terres, les Vosgiens venaient de donner une belle leçon aux Américains qui s’étaient déplacés à cinq hommes cette année alors que les Allemands, Estoniens et autres Suisses finissent plus loin encore. Pour le bonheur d’un public, venu par milliers, plus nombreux que jamais à se repaître de show unique dans l’Est de la France.

En coulisses, les 200 bénévoles mobilisés autour du président Damien Antoine n’ont pas chômé. Et la soirée promettait d’être longue car il fallait ensuite tout démonter pour restituer le site à la nature après plus de 200 labourages annuels.

David Jeangeorges.

Le classement des 10 premiers : 1. Vincent Mougenot (RN 66) les 211,34 mètres en 19”70  ; 2. Yohan Peltier (La Bressaude) en 19”93 ; 3. Thomas Jolly (La Bressaude) en 20”71 ; 4. Harold Wadell (USA) en 20”91 ; 5. Quentin Auer (La Bressaude) en 20”95  ; 6. Julien Perrin (La Bressaude) en 21”20 ; 7. Joe Shipman (USA) en 21”56 ; 8. Fabien Parmentier (RN66) en 22”16 ; 9. Cédric Vaxelaire (La Bressaude) en 23”47 ; 10. Mathieu Pouillard (licence journée) 207,97 mètres.