Remiremont – « Le Petit Bichon » présente ses miels sur le marché de Noël

Apiculteurs bien connus dans la région, Jean-Paul et Rachel Géhin installés 36 chemin de Presles, à La Croix des Moinats à Basse-Sur-Le-Rupt, présentent sur le marché de Noël un large panel de leur production de miels. Des récoltes diverses et parfois insoupçonnées issues de 400 ruches disséminées au coeur du massif vosgien et parfois bien au-delà. A l’exemple de celles situées sur les hauteurs de Menton pour la récolte du miel de thym.

Dans la famille Géhin, l’on connaît le métier d’apiculteur. Jean-Paul et Rachel sont des passionnés de la profession, une activité qui colle aussi à la peau de leur fils Eric, actuellement en formation dans un centre agricole spécialisé pour adultes à Vesoul (70). « Il n’existe que deux établissements du genre en France » précise par ailleurs Jean-Paul Géhin.

Sur le marché de Noël romarimontain, la production maison sous la dénomination « Le Petit Bichon » attire d’emblée les visiteurs. Sur le présentoir du chalet installé place De Lattre de Tassigny, les rangées de pots de miels invitent à entamer la conversation. Et il faut dire que Jean-Paul Géhin connaît son sujet sur le bout des doigts. Il évoque ses ruches judicieusement placées dans une bonne dizaine d’endroits au coeur du massif vosgien, mais encore dans la vallée de Munster, les secteurs de Guebwiller et Thann.

Miels de fleurs, d’acacia, de sapin font évidemment partie de la production classique, mais dans la famille Géhin, l’on recherche aussi l’originalité, l’authenticité. L’apiculteur est aussi un passionné de la nature. Alors il a placé une partie de ses ruches là où la montagne offre une diversité de fleurs avec du sapin à proximité. Parmi ses productions, l’apiculteur propose aussi le miel de châtaignier, issu du miellat et du nectar qui en font un miel robuste et qui se distingue par sa couleur ambre, sombre. Sa saveur est boisée, voire corsée. C’est un produit bon pour l’organisme car il s’avère riche en vitamines, en minéraux et oligo-éléments.

Mais encore des miels de thym et de lierre

Certes, ils se font plus rares, mais ils existent. Le miel de thym d’abord pour lequel la famille Géhin a implanté des ruches sur les hauteurs de Menton dans les Alpes Maritimes. « L’on y descend deux fois sur la période du printemps, puis pour la récolte en septembre-octobre » indique l’apiculteur tout en précisant que ses ruches sont surveillées sur place. Le miel de thym est un miel d’exception pour sa qualité et ses arômes intenses. Un miel par ailleurs réputé pour ses propriétés cicatrisante et régénérante pour la peau.

Peut-être plus étonnant, connaissiez-vous l’existence du miel de lierre. Oui, ce lierre que l’on trouve en forêt et dont les abeilles se nourrissent du nectar et du pollen issus des petites fleurs de ce lierre dont la floraison est à la fois tardive et longue. C’est principalement du côté de la Haute-Saône que Jean-Paul Géhin a placé des ruches pour cette production sans doute encore peu connue du grand public. Parmi ses propriétés, le miel de lierre est recommandé en cas de maux de tête et de fatigue.

« Le Petit Bichon » a plus d’un secret à vous dévoiler sur le marché de Noël romarimontain. Jean-Paul et Rachel Géhin vous y attendent, incollables sur le sujet du miel !

Denis Philippe.